Back to top

Reynaers Aluminium s’engage à réduire l’empreinte carbone au maximum

Reynaers Aluminium augmente considérablement l’achat d’aluminium primaire produit au départ de sources d’énergie verte. Le leader européen des systèmes architecturaux de fenêtres, portes et  façades en aluminium a conclu des accords clairs avec ses fournisseurs. Cette décision exerce un impact majeur sur l’empreinte carbone. « Nous préférons privilégier une électricité durable pour la production de l’aluminium primaire. Et nous poursuivrons nos efforts pour améliorer son impact environnemental », déclare Erik Rasker, CTO de Reynaers.

L'industrie de l’aluminium concentre ses efforts en permanence sur l’amélioration de l’empreinte carbone du processus de production de l’aluminium. Une fraction importante de cette empreinte est liée aux besoins en électricité qui résultent du processus de production. Erik Rasker : « L’aluminium utilisé en Europe dégage actuellement 8,6 kg de CO2 par kg d’aluminium. La majeure partie de ce CO2 est imputable à la source de production d’énergie. En utilisant de l’électricité verte, il est possible de ramener cette empreinte à 4 kg. C’est ce que nous appelons « l’aluminium à faible empreinte carbone » Par sa décision d’acheter de l’aluminium primaire à faible empreinte carbone, la société réduit ses émissions de CO2 liées de plus de 25% (par rapport aux volumes de référence de 2019). 

 

Réduire en permanence l’impact CO2

Le procédé Hall-Héroult, de type électrolytique, sert à transformer l’oxyde d’aluminium en aluminium primaire.   Selon European Aluminium (www.european-aluminium.eu), le rendement énergétique de ce procédé a été amélioré de 50%  au cours de la dernière décennie. L’amélioration de l’efficacité énergétique au cours du processus de production reste la priorité principale car elle représente un pourcentage important du coût de production de l’aluminium. À l’avenir, de nouvelles innovations permettront de réduire davantage encore l'impact résiduel en plus de l’impact résultant de l’apport électrique.

 

La recyclabilité de l’aluminium

Contrairement à de nombreux autres matériaux, l’aluminium garde ses caractéristiques durables durant le processus de recyclage. Cela signifie que vous pouvez le recycler indéfiniment sans la moindre perte de qualité. Le recyclage de l’aluminium ne nécessite que 5%  pour cent de l’apport énergétique initial. Cela signifie que l’on évite de rejeter 8 tonnes de CO2 par tonne d’aluminium. La seule limite dont nous devons tenir compte aujourd’hui est la disponibilité du matériau à recycler. « Compte tenu de la longévité de l’aluminium utilisé pour de nombreuses applications, les déchets d'aluminium disponibles ne couvrent actuellement que 40%de la demande mondiale », reconnaît Erik Rasker. « Ce pourcentage augmentera certainement grâce notamment à la rénovation d'anciens bâtiments partout dans le monde.  Un pourcentage plus élevé du volume recyclé de certains produits spécifiques n’affectera toutefois pas l’impact environnemental global dès lors que la totalité des déchets d’aluminium disponibles est recyclée au maximum des possibilités. »

 

La longévité du cycle de vie des portes et fenêtres en aluminium

La durabilité de l’aluminium est clairement identifiable à la très grande longévité des fenêtres et portes en aluminium équipant les bâtiments. Insensible aux rayons UV et à l’humidité, l’aluminium ne se corrode pas et ne se désagrège pas. « Le cycle de vie des portes et fenêtres en aluminium s’élève en moyenne à plus de 40 ans mais il n’est pas rare de rencontrer des cycles de vie de plus de 60 ans. Cette longévité réduit l’impact environnemental de l’aluminium. Et nous continuerons à l’améliorer. »